Accueil » Comment parler de l’autisme à l’école ?

Comment parler de l’autisme à l’école ?

autisme à l'école

Être autiste à l’école peut soulever de nombreuses interrogations…notamment de la part des autres élèves et de l’enseignant. Qu’est-ce que c’est, comment les troubles se manifestent, comment intégrer les enfants autistes à une classe ? Le plus simple : parler de l’autisme à l’école. Que ce soit l’élève qui en parle à ses camarades, ou l’enseignant qui aborde le sujet, il y a plein d’astuces pour expliquer les particularités et différences dues à l’autisme. Alors comment parler de l’autisme à l’école ? Je vous propose de découvrir quelques manières simples et respectueuses.

Rappel rapide sur l’autisme

 

L’autisme est un trouble du neurodéveloppement. C’est pourquoi les autistes font partie de la grande famille des neuro-atypiques. Celle-ci englobe aussi bien l’autisme, que le haut potentiel ou les troubles DYS.

Depuis quelques années, et face aux découvertes faites en neuroscience, on ne parle plus d’autisme mais de TSA : trouble du spectre de l’autisme. Ce spectre regroupe toutes les variations de l’autisme, de la forme la plus légère à la plus grave, avec ou sans déficience mentale, et contenant des symptômes multiples d’intensités variables. Pour parler de TSA, il est faut que la personne réunisse «la triade autistique», c’est-à-dire :

  • un trouble de la communication verbale et non verbale ; 
  • un trouble des interactions sociales ;
  • et des intérêts restreints. 

L’autisme Asperger fait également partie des TSA, et il s’agit probablement de la forme la plus représentée par les médias et à l’école.

Comment parler de l’autisme à ses camarades de classe ?

 

L’autisme est un handicap qui peut paraître étrange aux enfants et être source de moqueries. Heureusement, quelques explications et des mots simples permettent d’expliquer à ses copains de classe en quoi cela consiste.

Utiliser des supports pour expliquer l’autisme au plus petits

 

Le premier support auquel on pense est bien sûr le livre. Il en existe quelques-uns très abordables pour les plus jeunes :

  • « la petite casserole d’Anatole », d’Isabelle Carrier ;
  • la bande dessinée du SESSAD (Service d’Education Spécialisé dans le Soin À Domicile), explique avec des mots simples et des images ce qu’est l’autisme ;
  • « Mon petit frère de la Lune », livre pour les petits qui a d’ailleurs été adapté en petit film d’animation dans lequel la sœur d’un enfant autiste raconte son histoire avec ses mots de petite fille.

Aujourd’hui, des outils ludiques sont à votre disposition pour aborder l’autisme et ses particularités. Il existe de nombreux blogs traitant le sujet dont vous pouvez vous inspirer pour proposer un exposé par exemple. Ou créer un powerpoint regroupant quelques infographies, comme celle-ci :

 

je suis autiste infographie

(infographie à télécharger sur demande !)

 

L’utilisation de supports permet aux élèves de comprendre que leur ami est peut-être différent dans son comportement, mais qu’il n’est pas contagieux. 

Comprendre les besoins spécifiques que peut avoir un enfant autiste

 

Les autistes n’ont pas tous les mêmes besoins, pour autant, ils ont tous des besoins spécifiques ! Et pour y répondre, il faut les reconnaître. Ainsi, les enfants autistes ont besoin :

  • de routine ;
  • de pouvoir s’isoler ;
  • d’informations et de consignes plutôt visuelles qu’orales ;
  • d’aide pour s’organiser ;
  • etc.

La présence d’une AVS (Auxiliaire de Vie Scolaire) est souvent bénéfique pour la scolarisation de l’enfant. Sa présence l’aide à développer ses capacités d’apprentissage, et favorise son intégration sociale. Elle peut également expliquer aux autres élèves quelques règles à suivre en présence d’un camarade autiste. Ne pas crier, ne pas les toucher sans les prévenir, utiliser des mots simples par exemple.

De plus, pour réguler leurs émotions et aider les enfants autistes, plusieurs outils sont à leur disposition :

  • les fidgets, petits objets captant l’attention des personnes présentant des troubles de la concentration ;
  • le casque anti-bruit, permettant de réduire le son ambiant ;
  • le time timer aide à se repérer dans le temps en affichant visuellement le temps qui passe ;
  • des pictogrammes, pour verbaliser un besoin ou pour se rappeler comment effectuer certaines tâches comme se laver les mains, ce qu’il faut faire en arrivant à l’école, etc.

Communiquer différemment, et créer du lien social 

 

Il y a beaucoup d’idées reçues concernant l’autisme, comme le fait qu’ils ne peuvent pas communiquer. C’est bien sûr totalement faux, tous communiquent, mais parfois différemment. Certains sont tout à fait capable de s’exprimer comme vous et moi. Cela dit, il existe d’autres manières d’échanger que la voie orale. Elles sont appelées CAA (Communication améliorée et alternative) et sont à choisir en fonction de l’enfant :

  • Le langage des signes ;
  • Le PECS, un moyen de communication par des images ;
  • Le Makaton, qui allie pictogrammes et vocabulaire adapté.

La méthode ABA permet également aux enfants autistes de développer leurs capacités de communication verbale et non verbale, et de travailler les scénarios sociaux du quotidien.

Le plus important est d’avoir conscience que ces enfants savent et peuvent communiquer, à partir du moment où nous essayons de les comprendre et de nous adapter.

 

Comment parler de l’autisme aux élèves

 

Il est important d’employer les bons mots auprès des enfants, pour ne pas encourager la stigmatisation et favoriser l’inclusion des élèves autistes.

Expliquer le handicap aux enfants 

 

Avant d’évoquer l’autisme comme handicap, il est important de savoir ce que cela signifie exactement handicap, surtout lorsqu’on s’adresse aux enfants les plus jeunes. Il est préférable alors d’employer des mots simples, précis, et de répondre à toutes les questions.

L’évocation du handicap en général permet d’introduire certaines notions en douceur, en expliquant par exemple les différents types :

  • le handicap moteur ;
  • le handicap physique, comme les sourds ou les aveugles ;
  • le handicap mental.

Quelques illustrations permettent de visualiser plus clairement les différences entre les personnes neurotypiques et les personnes neuro-atypiques.

Il est important que les élèves comprennent surtout qu’un enfant autiste est avant tout un enfant, tout comme eux. Il ne perçoit simplement pas le monde de la même façon. Ils ne rient pas aux mêmes blagues, n’est pas timide ou malpoli, mais communique à sa manière. 

 

Comprendre les particularités de l’autisme

 

L’autisme ne rentre pas dans une catégorie définie, avec des critères inflexibles. Il existe presque autant de forme d’autisme que d’autiste. Cependant, la plupart présentent des similitudes :

  • Une hypersensible ou hypo sensible à une simulation, entrainant parfois des situations de stress ;
  • Une fausse timidité ou incorrection, à cause d’une incompréhension de langage, perturbant les interactions sociales ;
  • Un quotidien rythmé de routines qui le sécurisent ;
  • Des centres d’intérêts (très) restreints.

Toutes ces particularités font de ces enfants des personnes uniques. Elles ne sont pas automatiques lorsque l’on parle d’autisme : certaines personnes n’éprouvent aucune anxiété ou présentent peu de difficultés à soutenir un regard ou à être touchée alors que d’autres ne supportent pas d’être frôlée ou de modifier leur planning. 

Comment favoriser l’intégration des enfants autistes à l’école

 

La scolarisation d’un enfant autiste est un pas important. Cela lui permettra de développer ses capacités sociales et d’apprentissage. Cependant, son intégration se fait par étape, grâce aux parents et aux enseignants.

Les parents ont un rôle dans la scolarisation de leur enfant autiste

 

Il est normal d’être stressé et angoissé lorsque votre enfant autiste fait sa première rentrée des classes. Il faut avant tout prévenir l’école du trouble qu’il présente. Il est primordial de prendre contact avec l’équipe enseignante, afin de mettre en place un cadre rassurant pour chacun. Avant que l’année commence, vous devez avoir fait toutes les démarches auprès de la MDA (ex-MDPH) pour obtenir une AVS, et tous les aménagements nécessaires au bon déroulement de la scolarité de votre enfant. La communication sera encore une fois la clé de la réussite : n’hésitez pas à rencontrer l’enseignant pour discuter de l’application des aménagements, et à le solliciter pour faire un point régulièrement.

Les enseignants sont aux premières loges de l’intégration d’un enfant autiste à l’école

 

Les professeurs jouent un rôle majeur dans la scolarité de l’enfant. Ce sont eux qui pourront observer un changement de comportement, ou adapter leur méthode selon les réactions. Ils ont la responsabilité de l’élève lorsque celui-ci est en milieu scolaire, et doivent être sensibilisés au harcèlement. Selon la forme d’autisme, ce sont des enfants qui ont souvent peu d’amis et sont marginalisés. Ils ne sont pas protégés par un groupe social lors des récréations ou des activités, et sont plus sujets que leurs camarades au harcèlement. Dans l’idéal, les enseignants accueillants des autistes devraient être formés à leurs particularités. Ils seraient plus en mesure d’accompagner les élèves dans leur évolution, et proposer des activités en lien avec leur trouble. L’éducation nationale a un programme pour permettre d’intégrer et garantir un cursus scolaire adapté aux autistes, et former et accompagner les enseignants dans ce sens. 

 

La scolarisation d’enfant autiste est possible et, même souvent bénéfique. Pour que tout le monde soit plus à l’aise, il est important de parler de l’autisme à l’école et de trouver des solutions en classe pour que chacun trouve sa place. Les enfants, n’ayez plus peur, et filez à l’école ! Et vous, parents, lisez nos conseils pour réussir la rentrée scolaire de votre enfant !

Merci à Hélène GUERIN !

1 commentaire pour “Comment parler de l’autisme à l’école ?”

  1. Retour de ping : Comment apprendre à lire à son enfant autiste ? - Happy Autisme

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.