Accueil » Couple et autisme Asperger

Couple et autisme Asperger

couple et autisme

Si on parle de plus en plus de l’autisme et des autistes, il reste un sujet qui est rarement abordé : l’autisme et le couple. Et oui, parce que les deux ne sont pas incompatibles ! Alors comment se conjuguent vie de couple et autisme ? Est-il possible de vivre d’avoir une relation amoureuse avec une personne autiste ? Comment vivre en couple avec un autiste ? Chaque histoire d’amour est évidemment unique, mais il y a des points récurrents qui posent parfois problème. Voici quelques situations qui peuvent aider à comprendre ce que deviennent les adultes autistes qui ont eux aussi droit à l’amour ! Couple et autisme, c’est parti !

Cas n°1 : couple autisme Asperger / Neurotypique

C’est notre cas. Je suis autiste Asperger et mon mari est neurotypique (NT pour les intimes). Nous sommes ensemble depuis 10 ans et il a fallu traverser BEAUCOUP d’épreuves pour arriver jusque-là. Notamment parce que je n’étais pas encore diagnostiquée. Et qu’il est particulièrement bruyant 😂. Amis neurotypiques, je vous invite à vous renseigner un peu sur l’autisme, pour savoir à quoi vous avez affaire. Pour cela, vous pouvez consulter l’article sur les idées reçues sur l’autisme, mais aussi le génialissime documentaire de Netflix, histoires d’amour et d’autisme est parfait (Love on the Spectrum en VO). Il aborde les difficultés, les peurs et les particularités des personnes autistes avec une bienveillance extraordinaire. Et surtout, il montre que les adultes autistes sont comme tout le monde : ils cherchent l’amour eux aussi, ont peur de vivre seuls. Paraît même qu’il y a des autistes qui fondent une famille !!

Conseils de couple pour neurotypiques

Être en couple avec une personne Asperger demande du temps, de la délicatesse et de la bienveillance.

Prendre son temps

Du temps d’abord, parce qu’il vous faudra vous adapter au rythme de votre amoureux ou amoureuse autiste, surtout au début. Rentrer dans la “bulle” d’un autiste Asperger n’est pas donné à tout le monde, et c’est déjà un chamboulement majeur pour lui de l’accepter ! Il vous faudra peut-être des semaines pour avoir un premier contact physique (et je parle de toucher une main là, on en n’est pas encore au baiser de cinéma. Et je ne parle même pas de sexualité !). Respectez le rythme de la personne autiste. Petit à petit, elle fera elle aussi un pas vers vous. Avec le temps, vous trouverez un rythme et un quotidien commun qui convient à chacun 😊

Connaître l’hypersensibilité

De la délicatesse ensuite. L’hypersensibilité n’est pas un secret, la plupart des autistes en ont. Oui, parce qu’il existe plusieurs types d’hypersensorialités :

  • tactile ;
  • auditive ;
  • orale ;
  • proprioceptive ;
  • visuelle ;
  • olfactive.

Alors évitez les gestes brusques, la musique à fond ou les chemises bariolées (ça, évitez aussi avec une personne neurotypique 😱), tant que vous n’avez pas trouvé tous les 2 le seuil de sensibilité de chaque sens.

Il se peut que la vie quotidienne classique soit gérable, mais qu’en cas de crise, votre conjoint autiste ait besoin de silence, de noir total ou de disparaître sous sa couverture lestée. Ou qu’au contraire, votre amoureux ou amoureuse autiste se plonge dans un festival d’odeurs plus intenses les unes que les autres ou se mette à crier au lieu de parler. Tout est possible, tout est réalisable, c’est le jeu de la vie !

Quoi qu’il en soit, la dimension sensorielle est un élément majeur à prendre en compte pour réussir à concilier couple et autisme. Pas de panique, vous avez le temps de vous découvrir. Cela fait même partie du plaisir des débuts (du milieu et de la fin aussi !).

Accepter les particularités

Enfin, de la bienveillance. L’autisme, c’est aussi une copine autiste qui ne comprend que vous essayez de la séduire. Même si elle est intéressée. Si, si, je vous jure. Ca peut être aussi un conjoint qui n’a pas vraiment de filtre et dit à votre patron qu’il est mal habillé. Ou enfin un mari, une épouse, avec qui vous aurez une vie sexuelle différente de ce que vous aviez imaginé. Alors, qu’on soit d’accord, l’autisme n’excuse pas tout. Le con reste con, même s’il est autiste hein. Il y a des gens mal élevés partout, et des personnes toxiques dans tous les types de profils neuro. Mais il est essentiel de voir au-delà de certaines situations et de rester bienveillant si vous vous engagez avec une personne autiste. Et puis dites à votre patron de se changer 😉

En bref

La communication est la clé de tout. Peu importe la forme qu’elle prend, ça peut tout à fait être des post-it collés sur la porte du micro-onde, des messages sur le répondeur, une conversation, des gestes, etc. Soyez – relativement- direct : les personnes autistes ont parfois du mal avec les sous-entendus, le sarcasme ou le second degré. Alors appelez un chat un chat.

Ah, et on évite tout ce qui est surprise et spontanéité 😂 La routine est ultra importante, et chaque changement a besoin d’être anticipé au maximum afin d’éviter le stress. Oui, même pour un weekend de rêve à Londres, Paris ou Stockholm.

Conseils de couple pour autiste Asperger

Bienvenus en terre inconnue 😂

Blague à part, le meilleur conseil que je pourrais vous donner est de rester vous-même au maximum.

Avec toutes vos particularités, vos bizarreries, vos tics, vos tocs et vos routines. C’est normal de vouloir se montrer sous son meilleur jour pour séduire la personne qui nous plait. Mais attention à ne pas vouloir “trop bien faire” et à vous retrouver à jouer un rôle. Une fois enfermé dedans, il est très difficile d’en sortir, et le jour où vous ne pourrez plus faire semblant, que vous n’aurez plus l’énergie de vous suradapter, vous risquez de craquer. 

Tolérance et communication

La tolérance est également de mise. Vous êtes autiste, c’est votre monde, et personne n’a le mode d’emploi. Alors oui, votre amoureux va peut-être faire tout plein de petits bruits agaçants au quotidien (raclement de gorge, grincement de dents, fermeture des portes et tiroirs, traîner des pieds, mâcher bruyamment, ronfler, ou – pire – siffler ! 😅), mais :

  • il ne connaît pas d’emblée votre seuil de sensibilité ;
  • et il a le droit de vivre aussi sans réfléchir à son comportement H24

Peu importe le comportement qui vous pose problème, il est primordial d’en parler et de ne pas céder au réflexe naturel de se renfermer pour se protéger. Expliquez-lui ce dont vous avez besoin, ce qui est supportable, ce qui n’est pas négociable, et trouvez un terrain d’entente ensemble. Votre conjoint NT a le droit d’être fatigué. C’est vrai que les autistes “imposent” leurs routines et particularités. C’est parfois pénible pour les autres, et c’est ok.

Et si le compromis était la clé pour réussir à conjuguer couple et autisme ?

Le compromis va très certainement être la base pour concilier vie de couple et autisme.  Il est presque sûr que vous ne rentrerez dans aucune “norme”, et c’est tant mieux, parce qu’il n’y a pas plus de norme en amour qu’en autisme !

Vous avez besoin de votre espace, de dormir dans un lieu sans bruit ni lumière ? Faites chambre à part ! Si ça peut vous rassurez, c’est la norme dans certains pays 😉 et ça n’empêche aucunement d’avoir une vie sexuelle. Votre conjoint neurotypique aime recevoir du monde et faire des barbecues avec la moitié du voisinage ? Organisez ça le premier jour d’un long weekend, et prévoyez que le lendemain et le surlendemain vous puissiez vous ressourcez entièrement et seul(e). Vous êtes en couple avec Sheldon Cooper ? Planifiez vos relations intimes et trouvez un terrain d’entente ! Tout est possible, et tout est ok. L’important est que votre vie de couple vous convienne à tous les 2. Les autres, on s’en fout, ils ne vivent pas avec vous.

Cas n°2 : deux Asperger en couple

Que donnent deux Asperger en couple ? Une coloc’ 😅

A mon sens, le plus compliqué va être de ne pas se perdre de vue ! C’est-à-dire ne pas se laisser envahir par les troubles de chacun au point de vous renfermer et de ne plus vivre ensemble, mais côte à côte.

Il va falloir que vous coordonniez vos routines pour en créer une commune. Et pourquoi pas, vous construire un petit monde douillet et sécurisant rien qu’à vous ? Pour cela, vous pouvez lister vos besoins réciproques et réfléchir à un moyen de coordonner les attentes de tout le monde. N’hésitez pas à en parler à votre psychologue, psychomotricien ou une personne de confiance qui pourra vous aider à prendre en compte et respecter vos particularités, tout en vous épanouissant dans une vie de couple satisfaisante.

Pas de pression, vous avez le temps, il n’y a pas de délais à respecter, pas de planning de vie couple normal, ni d’exigences du monde extérieur. Restez vous-même et entrez en contact comme vous le souhaitez. Je connais des autistes qui ont communiqué par mail ou texto pendant littéralement des années, avant de se rencontrer en vrai et qui se considéraient en couple bien avant d’en former un « dans la vraie vie ».

Gérer la rupture amoureuse avec un Asperger

La vie de couple peut malheureusement prendre fin parfois. Peu importe les désaccords, il vous faut alors gérer la rupture amoureuse avec un Asperger ou n’importe quelle forme d’autisme d’ailleurs. Mon seul et unique conseil : soyez clair, franc et précis. Ne tournez pas autour du pot, ne traînez pas pendant des semaines, votre partenaire autiste sentira peut-être que quelque chose ne va pas sans pouvoir le verbaliser et ça ne fera qu’empirer les choses. Et si vous êtes à l’origine de la rupture, assurez-vous que la personne Asperger a bien compris la situation et ce qu’elle implique. Ca peut paraître bizarre et même un peu cruel de « remuer le couteau dans la plaie », mais il est possible que les choses ne soient pas claires pour elle au départ.

Et si c’est vous, Aspie ou autiste qui souhaitez rompre, n’oubliez pas que vous avez un humain en face de vous 😉 L’impulsivité et la vérité crue, sans y mettre les formes peut blesser bien au-delà de la rupture. Si cela vous angoisse, vous pouvez très bien écrire ce que vous allez dire à votre futur ex-partenaire et l’apprendre par cœur. Vous pouvez ainsi le faire lire à un tiers qui pourra vous aider à nuancer votre discours si nécessaire.

En conclusion, couple et autisme, c’est possible ?

L’autisme, c’est aussi une fatigabilité plus importante, des troubles des fonctions exécutives, ou encore une pensée plutôt analytique. Tout cela demande des efforts aux deux partenaires. Mais retenez que le plus essentiel est d’être à l’aise dans votre couple, autiste ou non. Rien ne doit porter atteinte à votre intégrité physique, émotionnelle ou psychique. Ce doit être une expérience agréable pour tous les deux, et non une contrainte. Concilier couple et autisme est tout à fait possible. Les autistes ont le droit à l’amour autant que quiconque et ils ont énormément d’amour à donner. Ce ne sont pas les êtres dépourvus de sentiments que la psychanalyse veut nous vendre.

partage-article-happy-autisme
Étiquettes:

28 commentaires sur “Couple et autisme Asperger”

  1. Donc les autistes ne picolent pas 😉..
    Et vous seules lisez que les bons bouquins, le reste c’est pour les cochons..
    On va arrêter là cette discussion..
    Oui tous est question de dialogue mais encore et aussi de compétences émotionnelles.. on est d’accord vos particularités ne sont pas gênantes mais bizarre pour le grand publique ..le sujet intéressant est bien les interactions sociales le cœur et encore le cœur avec les actions qui en découlent en lien avec le cœur .. maladroite ou pas .. compris ou pas .. vous êtes des gens comme les autres avec des difficultés c’est juste que maintenant on sait où on mets les pieds et c’est une question d’envie à long terme et sans hypocrisie..je propose une réponse linéaire ( c’est votre truc ) 😉

  2. J’ai compris votre réponse, oui certains autistes peuvent « accéder à l’empathie » voir Wikipedia et tous les bouquins que vous connaissez.. pardon d’avoir généralisé je répondais avec beaucoup d’empathie à cette femme souffrante.. son compagnon est peut-être doubler de sociopathie ( et c’est peut-être pas l’unique cas qui existe malheureusement avec des multiples troubles en plus ).. quoi qu’il en soit l’objet de son commentaire est de comprendre la différence de son compagnon et de le tolérer ou pas ( autiste sociopathe ou pas.. et de reconnaître que les grandes tablées de super potes sur des belles journée ensoleillée tout l’été , elle peut l’oublier.. c’est ça aussi la question de l’amour non ? Quels sont vos besoins essentiels et quels sacrifices êtes vous prêts? Cette femme ne se plaignait pas d’être torturé mais sans lien social et considération ( relisez son post ) comme elle le souhaite.. voilà

    1. Non, on « accède pas  » à l’empathie 🙄 elle est juste ressentie et exprimée différemment. Quant à Wikipédia et les livres, ce ne sont clairement pas mes sources… Il n’y a que quelques bouquins vraiment pertinents et qui ne véhiculent ni conneries psychanalytiques, ni préjugés d’un autre temps.

      J’ai également répondu à Sophie et Alis, de mon point de vue autiste. Et il y a plein de choses à faire, et visiblement des problèmes qui ne concernent pas directement l’autisme (l’alcool par ex).

      C’est difficile d’être autiste et en couple, c’est difficile d’être en couple avec un ou une autiste. Il y a des acceptations à faire de chaque côté, et des ajustements pour que chacun soit épanoui. Sans dialogue, c’est impossible. Et oui, il faut parfois communiquer autrement et s’affranchir du regard des autres, de ses préjugés et d’un certain nombre de normes sociales.

  3. Bonjour,
    Merci de cet article!
    Pour rebondir et peut-être en rassurer certains, j’ai un TSA léger diagnotiqué seulement il y a 9 mois. J’ai 53 ans, 4 enfants et 22 ans de vie commune avec un homme neurotypique. Mon couple s’est terminé parce que j’ai suradapté toute ma vie et qu’avec l’âge j’ai eu envie de me retrouver et d’être moi même.
    Je suis maintenant en relation depuis un an avec un homme que je pense autiste. Je lui en ai parlé et il admet y avoir pensé mais ne souhaite pas être diagnotiqué. Nous avons une relation vraiment très chouette mais la communication sur nos émotions respectives est vraiment très compliquée! J’ai beaucoup de rigidités sur la manière de manifester son intérêt (je travaille beaucoup sur mes croyance et mes représentations), je ne sais pas percevoir les émotions si elles ne sont pas verbalisées et lui n’exprime aucune émotion verbalement.
    Une chose qui nous a beaucoup aidés ce sont les jeux de carte sur la communication en couple.
    Une de nos force est d’être vraiment dans la bienveillance et le désir de progresser ensemble…
    Je suis en recherche de documentations ou d’outils pour nous aider: avez vous des pistes?
    Merci!

  4. Cc
    Je suis en couple avec mon mari depuis plus de 20 ans on a trois enfants et on découvre que maintenant à 45 son hpi son hypersensibilité et maintenant son TSA mais en fait on a affronté des épreuves comme n’importe quel couple et on les as toujours résolues grâce à la communication et aussi la bienveillance
    On se soutient
    TSA ou pas HPI ou pas il faut se respecter s’écouter essayer de se comprendre de se connaître
    C’est une belle aventure et c’est la magie de la vie et de l’amour

    1. C’est génial de voir qu’il existe des couples qui fonctionnent et durent « malgré » l’autisme 😊20 ans, vous avez du en traverser des épreuves et trouver des compromis pour que tout le monde vive en harmonie !

  5. Merci pour cet article.
    Je suis en couple avec un homme depuis presque 2 ans et beaucoup d’éléments de notre vie quotidienne me posent question, et m’amènent à penser qu’il pourrait être autiste Asperger.
    Je suis épuisée de notre quotidien, manque cruellement de lien avec lui, je me sens toujours « rejetée » : les baisers, les papouilles, la tendresse de manière générale lui est désagréable, son besoin de solitude est extrêmement présent, ses bulles
    (travail, sport,…) prennent toute la place, quand je manifeste des émotions… il ne les perçoit pas ou alors il faut que j’arrive au max de la tristesse, de la colère… pour qu’il s’en aperçoive, se parler est compliqué car il est sans cesse en train de bouger, ne me regarde jamais dans les yeux… le seul moyen que j’ai trouvé dans ces moments est d’utiliser l’écrit…
    Lui me dit être heureux à mes côtés, mais notre vie me demande une énergie folle.
    La rencontre avec mes amis est toujours une épreuve pour lui et moi : lui retranché derrière son téléphone, fuyant les regards des gens, ne sachant pas rebondir sur les questions des gens qui cherchent à faire sa connaissance, et moi l’appréhension de tous ces instants où je le sens mal et avoir des attitudes pas du tout adaptées. Mes amis me disent qu’il est froid, distant … et finissent pas ne plus chercher à entrer en contact au fur et à mesure des soirées.
    Et tant d’autres choses encore …
    Une vie de couple où je me sens très éprouvée.
    Je voudrais lui parler de mes observations, voir s’il les partage et peut être envisager de faire un bilan ; mais je suis terrifiée à l’idée de lui en parler. Je ne sais pas comment faire, je ne veux pas le blesser. J’ai besoin d’aide.
    Pour celles et ceux qui auraient vécu cette situation, je serai vraiment heureuse d’échanger avec vous. Je me sens dans l’impasse.

    1. Bonjour Sophie,
      Je comprends votre désarroi, ce n’est pas facile de vivre dans une situation pleine de « non-dits ». Avez-vous envisagé d’en parler avec un ou une psychologue spécialisée dans le TSA pour avoir son avis sur votre mari ? Ce serait peut-être l’occasion d’aborder le sujet en douceur ? Ou alors vous pouvez lire et lui faire lire « l’autisme expliqué aux non-autistes », c’est un livre qui m’a beaucoup aidée à me comprendre en tant qu’autiste (genre à chaque page je me disais « ah, mais c’est tout moi ça », ou « ah je le fais aussi », etc) 😅

      1. J’ai déjà abordé le sujet avec le calm
        mais il lui est très difficile d’accepter qu’il se passe quelque chose
        et ça me rend encore plus frustré
        et il ne croit pas aux spécialistes ou n’essaie pas de demander de l’aide

      2. Bonjour Sophie,
        Vous pouvez aborder le sujet en douceur, ou avec humour ! Il y a plein de livres ou séries qui abordent – avec plus ou moins de succès – le sujet de l’autisme. Ou passer par la thérapie de couple, en faisant part de vos doutes au thérapeute. Il faut absolument ouvrir le dialogue, vous ne pouvez pas continuer à souffrir et peut-être que votre mari n’est pas 100 % à l’aise aussi. Courage, je sais que ce n’est vraiment pas simple pour mon mari !

        1. Bonjour, je suis rassurée car je me reconnais amplement dans votre commentaire, je suis en couple depuis 1 an 1/2 avec mon copain, et vivons ensemble depuis 6 mois. Je le soupçonne fortement d’avoir le syndrome d’asperger. J’ai commencé à m’y intéresser car nous nous sommes accrochés il y a 10 jours et il s’est muré dans le silence, comme à chaque fois. Et j’ai vu que de lui-même dans l’historique de recherches, a fait une recherche sur ce syndrome. Je pense qu’il en a marre aussi de réagir de la sorte, il sait qu’il est différent des autres sur plusieurs points. Il a du essayé de trouver des réponses.. Bref, du coup j’ai fais mes recherches de mon côtés, et les caractéristiques données dans tout les témoignages etc.. correspondent sur beaucoup de points.
          – Il a du mal a comprendre mes emotions, ressentis, est dénué d’empathie
          – Il se renferme dans son monde si contrarié
          – Il est a fond dans activité : travail et muscu muscu, et pc
          – Je lui ai présenté qu’une fois mes amis lors de mon anniversaire. Un echec, il s’est senti pas du tout dans le même monde, au début à l’aise, essaie d’écouter rigoler, mais après renfermé sur son tel, et pareil mes amis lui posaient des questions pour apprendre à le connaître mais il ne rencherit pas.
          – Il me dit souvent que lui est bien dans la relation, qu’il ne voit pas les problèmes, (du coup je passe pour la relou a me plaindre de quelque chose de temps en temps)
          – Il n’évoque pas ses sentiments, renie toute émotion
          – Il a un humour décalé
          – Ses marques d’affection sont originales
          – Pas très réceptif, presque fuyant si moi je lui demande un calin, ou bisou
          – A des routines importantes pour lui, tel jour c’est courses, c’est batch cooking, mêmes plats tout les jours, tel jour c’est ménage (et à fond !)
          – Beaucoup dans l’analyse des choses, rechercher des réponses sur le net
          – Sommeil parfois difficile
          – Il boit depuis quelque mois, de plus en plus, le soir en rentrant..
          J’ai peur qu’il finisse par faire burn out ou dépression car j’ai l’impression qu’il n’est pas bien au fond lui. Mais au contraire montre de la positivité, de la joie au quotidien.
          Je me suis posée la question souvent s’il n’était pas manipulateur/toxique…

          1. Bonjour j’ai lu votre descriptif ,on trouve ici les caractéristiques de l’autisme .je vis la même chose que vous à la seule différence bien que mon compagnon refuse d’être diagnostiquée , je ne le force pas maintenant que je sais qu’il est autiste ( criant de vérité) je m’adapte et de mon côté je lui exprime mes besoins pour que lui aussi fasse un effort. Un truc que j’ai compris ça ne sert à rien de discuter avec quelqu’un qui ne veut pas négocier, prenez de la distance quand vous souffrez et apprenez à vous satisfaire autrement ( quand j’ai besoin de contact corporel je m’offre un spa avec massage) c’est le prix d’être avec une personne différente ou disparaissez vous aussi pour que vous lui manquiez et par dépit qu’il fasse lui aussi des efforts pour combler vos besoins.ils savent s’adapter s ils ont beaucoup à perdre , encore faut il qu’il le comprenne et c’est là qu’il faut beaucoup communiquer ( sur vos besoins réels et sur leur capacité.. 😞 abandonner impérativement les soirées entre amis où alors relisez les caractéristiques de l’autisme ( les liens sociaux sont souffrants chez eux , s’ils ont un unique vrai ami ( réel et présent) c’est déjà le bout du monde ..
            Ma question est ce que vous l’aimez autiste qu’il est ( c’est pas une maladie ça ne se guérie pas ) ou est ce que tu vous aimez un type dont vous pensez qu’il à un problème ? 😉

            1. Bonjour Priscilla,
              Je trouve votre commentaire problématique pour plusieurs raisons :
              – Non, vous ne savez pas qu’il est autiste, à moins d’être spécialisée dans l’autisme, et ce n’est pas en lisant, en regardant des video ou en « cochant » des caractéristiques que vous pouvez avoir une quelconque certitude ;

              – effectivement, discuter avec quelqu’un qui ne veut pas négocier est rarement productif, mais ce n’est pas propre aux autistes, c’est humain. Dans le cas de l’autisme, la négo que vous réclamez n’est peut-être tout simplement pas possible sans plus d’explications. Essayez de me dire de but en blanc qu’il faut que j’arrête de parler linguistique, que je supprime une routine ou que je dois accepter le bruit ou stoper l’écholalie, sans autre explication, c’est clair que vous vous heurterez à un mur 😅 en revanche, si c’est amené posément, avec des arguments, des explications, des demandes claires, des choses à modifier petit à petit, c’est possible.

              – Non, les autistes ne savent pas s’adapter particulièrement plus « s’ils ont beaucoup à perdre ». C’est pas un caprice de pas s’adapter comme l’autre ou la société le voudraient. C’est tout un mécanisme épuisant à mettre en place, et en plus, ce n’est pas forcément « juste » ce qu’il en ressort. C’est donc épuisant ET frustrant. Et quand ça produit pas l’effet escompté, on vous le reproche. On a un super combo d’adaptation qui est alors épuisant ET frustrant ET décevant, voire franchement désespérant. Comme si on se battait contre des moulins à vent.

              – Quant aux soirées entre amis, on sait faire aussi, pas la peine de faire une croix dessus 🙄 probablement pas tous les we, c’est sûr, mais les autistes ne sont pas des ermites. Pour peu que chacun joue le jeu, ça peut même être agréable pour tout le monde. Nous avons des amis que nous voyons 1 fois par mois environ, ils ne se formalisent pas de me voir venir avec mon repas ou de manger systématiquement la même chose quand ce sont eux qui viennent. Ils savent qu’à un moment, j’aurai peut-être besoin de m’isoler avec mon casque ou juste de me promener seule. Bah c’est pas grave 🤷‍♀️
              Votre vision de l’autisme est extrêmement réductrice, et emplie de préjugés, c’est très triste et dommage.

              1. Bonjour.. je suis triste de voir que nous nous sommes pas compris.. sans avoir un diplôme reconnu je suis assez expérimenté et informée pour reconnaître un autiste ( c’est aussi à ça que sert votre blog non ?)..là c’est vous qui me juge en me traitant « d’incompétente » de plus je suis bien consciente que se surradapter est éprouvant.. mais c’est éprouvant pour la personne en face de vivre avec des autistes qui ne voient pas l’intérêt de se faire diagnostiquer car ils manquent empathie ( logique) et ce n’est pas un problème pour eux..
                je comprends réellement la souffrance de cette femme amoureuse et je lui pose la question du choix.. Comme vous dites vous vous permettez de voir vos amis une fois par mois pour un moment sympa , peut être que justement qu’elle souhaite plus que 1 fois par mois .. en tout cas elle seule peut répondre à cette question..
                oui je me permets de juger quand je vois des personnes qui souffrent car elles n’ont pas compris de quoi leur avenir va être « dans le cas » où elle souhaite un compte de fée avec une robe de princesse et un château.. mon compagnon est divorcé d’une personne qui selon lui lui a fait un enfant dans le dos et une demande en mariage forcé et une cohabitation subit.. mon autiste a moi est une huître 🦪 si ce n’est pas votre cas .. je suis heureuse pour vous .. mais pour répondre à cette femme qui souffre il existe aussi des autistes huîtres 🦪 ( et croyez moi je vous en sert une douzaine pour le prochain réveillon) sinon le terme d’autiste à été revu pour le changer en spectre autistique en raison de sa pluralité de cas et d’exceptions ce n’est pas pour rien..
                merci de m’avoir lu et de votre réponse je ne changerai rien à ma réponse.

              2. Les autistes manquent d’empathie…rien que ça, c’est non. Et c’est triste. À moins d’être doublé de psychopathie, tous les autistes sont capables d’empathie, pour peu qu’on soit attentif et/ou qu’on leur donne les moyens de l’exprimer. Ne pas verbaliser ne signifie pas ne rien ressentir, loin de là.

                Mon blog n’a aucune visée diagnostique, même au doigt mouillé. Il est là pour faire tomber les préjugés et accompagner les autistes dans leurs problématiques diverses et variées. D’avoir une espace de parole safe et une image positive, plutôt que de lire ou entendre encore et encore la sempiternelle liste de choses que nous ne pouvons/savons supposément pas faire, et tous les problèmes que nous posons. Rien d’autre.

                1. Bonjour Bénédicte, tu parles de mon post ?

                  Des éléments par rapport aux suspicions asperger non.., mercredi dernier j’ai décidé de quitter l’appartement en disant que j’avais besoin de partir quelque jours, trop difficile pour moi de vivre avec une épée d’amocles de comment il va réagir dès que je vais avoir besoin d’exprimer mes émotions/ressentis/doutes/peurs.., il n’a pas repondu, et je suis retournée chez lui vendredi sans qu’il ne soit là, sur un tel qu’il laisse trainer je suis tombé sur une conversation pas élogieuse du tout sur moi à un pote : « elle est relou sur des petits trucs mec, tfacon si ça s’arrange pas lundi je la vire » etc etc… C’était trop, j’ai décidé d’enlever « toutes » mes affaires de chez lui, j’ai fais cartons etc… Le soir quand il est rentré il a compris mon intention de le quitter, du coup on a discuté 2h…, d’abord du pourquoi de notre querelle, puis je lui ai avoué avoir regardé la conversation sur le tel, il ne m’en a pas voulu ne s’est pas énervé et était désolé, a dit qu’il avait réagit sous la colère, la peur (car il ne savait pas où j’étais, avec qui) l’égo (montrer à au – une personne que c’est lui qui a le dessus, le contrôle de la situation), je suis partie chez une amie , 1 h après il m’a envoyé un très long message (pas habituel) , d’excuses, de prise de responsabilité totale sur la situtation, de compliments qu’il ne m’avais jamais dit en 1 an 1/2, j’ai été touchée forcément. J’ai juste mis un coeur, pas de réponse. Il m’a renvoyé un message dimanche me disant qu’il pensait a nous et qu’il n’arrivait pas à passer outre sans une ultime chance de me faire revenir, et que si je l’acceptais, que je le retrouve le soir pour manger ensemble. Je lui ai dis que revenir n’était pas mon intention mais que j’acceptais que l’on se voit. Il m’a donné rdv, là où s’était rencontré.., portait un bracelet acheté ensemble lors d’un voyage, et mis une chemise qu’on avait acheté ensemble ..^^ Il a sorti le grand jeu lol.
                  Bref, on a discuté 3h… Surtout un monologue, je l’ai laissé parlé, il s’est lâché du coup ^^, s’est révélé à moi, sur sa personne, son enfance ,sa famille etc… pour que je cerne mieux le pourquoi de ses réastions. Il souhaitait sutout soulagé un peu sa conscience, il voulait que j’ai toutes les cartes en mains pour prendre ma décision et s’excuser de nouveau.
                  Maintenant je dois réfléchir quelque jours. Je le sens bien sincère, pour s’être livré autant, mais j’ai toujours cette petite peur avec les messages que j’ai vu très irrespectueux…
                  Asperger ou manipulateur (pn) ou il se protège : comme il dit il se demande si c’est pas de l’auto sabotage en mode je n’ai pas droit au bonheur (par rapport à un père tyran dans sa jeunesse).

                  1. Hello Alis !
                    Alors déjà, l’autisme n’est pas une somme de « symptômes » ou de traits de caractère 😉 le diagnostic correspond à des critères précis qui ne peuvent être évalués que par un professionnel. Pour ce qui est de votre couple, je suis loin d’être experte en la matière, mais la communication semble être un problème récurrent chez les couples, atypisme ou pas. Là en plus, il semble y avoir un problème d’alcool. Quoi qu’il en soit un profil manipulateur ou toxique n’a rien à voir avec de l’autisme (même si l’un n’empêche pas l’autre j’imagine !). Visiblement, vous êtes arrivée au bout de votre relation, prenez soin de vous 😊

                2. Je suis moi meme avec un Otiste Asperger nous somme au debut de notre relation mais tous se que je peux dire il me l’aurais pas dis jamais j’aurais su. Et pourtant ces particulariter qu’il a c’est se qui ma fait craquer simple sans prise de tete il est PARFAIT a mes yeux et il est plein de surprise .

                3. Article très intéressant !
                  J’ai l’impression que cet article met en évidence des points qui, même s’ils ne sont pas vécus avec la même intensité, devraient finalement être écoutés par tout le monde.
                  Je suis HPI/HPE et il m’a fallu du temps pour comprendre que tout le monde ne vivait pas comme moi, comprendre les autres et me comprendre moi aussi… et pourtant mes difficultés sont infimes par rapport à ce que, j’imagine, peuvent vivre des personnes autistes ou neuroatypiques…

                4. Génial cet article!
                  J’adore!
                  Merci pour tous ces conseils, qui sont aussi valables pour tout le monde.
                  Si nous pouvions tous mieux communiquer et nous faire respecter dans nos choix, ce serait l’idéal!
                  Merci pour cet article, très très agréable à lire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.