Accueil » C’est juste une étiquette

C’est juste une étiquette

vetement qui gratte autisme

Vous la connaissez cette sensation de brûlure, qui gratte, qui pique, qui vous donne littéralement la chair de poule ? Ces petites aiguilles qui tailladent votre corps à chaque mouvement. Cette sensation de râpe sur vos jambes, vos bras, votre dos, votre ventre. Vous vous sentez oppressé, agressé, pris au piège ? Cette douleur insupportable qui vous pousse à vous déshabiller, à devoir tout enlever, là, maintenant, tout de suite. Cette urgence à ôter tout ce qui vous recouvre – et vous rend décent à l’extérieur ! Et pourtant, c’est juste une étiquette.

L’autisme, une hypersensibilité souvent accrue

Ca peut paraître exagéré comme réaction pour une “simple” étiquette. Et pourtant, c’est ce que votre corps perçoit, c’est ce que le corps de votre enfant perçoit. Ce n’est ni un caprice, ni une envie de s’opposer, juste une sensation insupportable qu’il faut faire cesser par tous les moyens. Parce que c’est un fait, les capteurs sensoriels des personnes autistes ont tendance à s’affoler plus ou moins rapidement face à une stimulation, même si c’est une chaussette !

C’est ici que pour les parents commence un combat presque aussi ardu que celui des repas : s’habiller. 

Les étiquettes ne sont évidemment pas les bienvenues. Mais aussi certaines matières, coupes ou formes de vêtements. Il faut alors partir en quête de LA paire de chaussettes sans élastique (cadeau : celles de Décathlon sont les plus plébiscitées !), le pantalon qui ne gratte pas, qui n’est ni trop large, ni trop serré, du t-shirt qui ne monte pas trop haut, ou au contraire, qui recouvre bien la gorge ou les bras. Chez nous, ce sont les pulls et les écharpes le plus gros problème. Clairement, mettre un pull demande un conditionnement psychologique dès la fin de l’été !

Imaginez, après une saison où il peut porter le moins de vêtements possibles (comprendre : vivre en culotte), l’arrivée de l’automne et des premiers froids impose de se couvrir, et là, c’est un nouveau problème sensoriel qui s’offre à vous : la manche du t-shirt qui tire-bouchonne sous le pull 😱😰 Enfer et crotte de poule comme dirait mon fils !

Alors non, ce n’est pas « juste une étiquette ». C’est un ensemble de sensations envahissantes qui compliquent encore la vie des autistes.

hey, Jean-Biniou, si on allait acheter des chaussures d’hivers ? mouah ah ah

Le changement ? C’est pas maintenant

Outre la sensibilité qui peut être (très) accrue, il y a le changement de vêtement. Vous avez déjà essayé de passer des chaussures d’hiver aux sandales sans transition ? Mission (presque) impossible chez beaucoup d’enfants autistes (les adultes aussi d’ailleurs, je n’ai que 4 paires de chaussures différentes). Chaque saison, mais vraiment chaque, c’est la même histoire : mon fils ne veut pas changer de chaussures, puis va accepter de porter les nouvelles après moults négociations (et clairement moults récompenses à la clé), pour enfin ne plus vouloir les enlever. Et bien sûr, ce ne sera jamais des sandales, histoire de bien puer des panards l’été 🙄

Et à la saison suivante, ça recommence. Je ne vous parle même pas du délire s’il change de pointure au cours d’une saison !

Je vous parle des chaussures, parce que je sais que c’est une problématique qui revient souvent, mais ça marche aussi avec les vêtements. Passer du pantalon au short, des manches longues aux manches courtes, enlever ou mettre un pull, mettre une jupe avec ou sans legging, etc.

La solution, pour nous, c’est le “dressing 4 saisons”. 6 t-shirts manches courtes, 4 t-shirts manches longues, 4 pulls/gilets, 3 shorts, 3 pantalons, et les fameuses chaussettes Décathlon. A moins de changer de taille, il ne varie pas, comme ça, mon fils est habitué à visualiser toujours les mêmes vêtements et il rechigne moins à s’adapter à la météo.

Bon, ça ne fonctionne pas à tous les coups, mais ça facilite quand même grandement les choses.

C’est juste une étiquette : ces vêtements qui vous veulent du bien

Plusieurs marques s’intéressent à la problématique sensorielle des enfants et adultes TSA. 

C’est le cas notamment de la marque belge SAM (Sensory And More) qui propose des vêtements non irritants ( = sans couture, sans étiquette 🎉🎉), mais aussi des vêtements stimulants. En effet, bien qu’hypersensibles, certaines personnes TSA recherchent des stimuli tactiles afin de se réguler et réduire le stress (on est plus à un paradoxe prêt hein 😉). Astucieusement dissimulés sur les pantalons ou sweats à capuche, des éléments à tripoter, mordiller ou gratter en toute sécurité ajoutent le petit + aux vêtements déjà tout doux !

Flip Flap by Armorlux est une marque française, dont les vêtements sont tricotés dans les célèbres ateliers bretons. Sans coutures apparentes ni étiquettes, les t-shirts offrent un avantage supplémentaire : ils sont réversibles, et donc, toujours à l’endroit. De quoi gagner encore plus en autonomie !

Enfin Nel et Tao est une marque créée par une maman d’enfant autiste qui en avait marre de passer 30 minutes chaque matin à l’habiller (tiens tiens, ça nous rappelle quelque chose…). Pantalons, robes, sweat, t-shirt, elle coud sur commande le vêtement de votre choix. Petit + :  vous pouvez demander à recevoir un échantillon du tissu pour le toucher et vérifier qu’il vous convient avant la confection.

Les prix de ces vêtements sont évidemment plus élevés que pour des vêtements classiques. Mais vu l’amour du changement des personnes autistes, pas besoin d’en acheter 10 exemplaires !

Entre troubles sensoriels et rigidité face au changement, s’habiller quand on est autiste n’est pas la chose la plus facile. Loin d’être une bizarrerie supplémentaire, une volonté de se démarquer ou de manifester un quelconque désaccord, le problème de l’habillement n’est jamais « juste » une étiquette. Des méthodes de désensibilisation peuvent aider à augmenter le seuil de tolérance, comme la méthode ABA.

partage-article-happy-autisme

6 commentaires sur “C’est juste une étiquette”

  1. Retour de ping : La méditation, une alliée pour les autistes - Happy Autisme

  2. Retour de ping : Hypersensibilité et autisme - Happy Autisme

  3. Retour de ping : Guide de survie de la MDPH - Happy Autisme

  4. Bonjour Hélène,
    Est-ce une généralité cette sensibilité au toucher (du vêtement) pour les autistes ? Je ne l’aurais même pas soupçonnée :-/
    Heureusement qu’il y a eu des initiatives pour palier à ce problème. Y a t-il des textiles privilégiés? et à l’inverse des textiles auxquels il n’est même pas la peine de penser ?

    1. Je pense que c’est un problème commun à beaucoup d’autistes en effet, à des degrés plus ou moins élevés bien sûr. Clairement, on privilégie le coton bio, les matières synthétiques ou la laine, on oublie 🙃 et c’est pas rare que je prenne une taille au dessus pour vraiment être à l’aise. Pareil pour mon fils.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.